Texte libre

Je suis née, avec quelque chose qui leur semble moins grand

Désavantage numérique selon certains conquérants

Non, rien qui pend, un sexe qui rentre par en dedans

Et des rondeurs qui rendent fou tous ces cerveaux bandants

Je suis née dans un rose, dans un blanc

De la prose et du vent

Dans une famille unie, d’une mère et d’un père aimants

Et pourtant...

Dès que j’ai mis un pied en avant

J’avais déjà une étiquette à rabais sur mes talents

Et il dira…

C’est fou comme elle est belle

À se priver de gâteau, elle a le look d’une gazelle

À se barbouiller la face de make-up, de botox, de gel

On la confondrait quasiment à une poupée irréelle

Et il l’observe au fond du bar

La recherche sur Instagram, elle doit bien montrer son cul quelque part

Je payerais bien quelques dollars, pour voir ses seins

Me faire accroire le temps d’une image que son corps m’appartient

Mais non c’est assez

Bravo à celles qui ne se laissent plus faire

Qui assument leur couronne et leur rôle de reine

Bravo à toutes celles qui survivent malgré les tempêtes

Qui se relèvent à chaque jour et qui s’entêtent

Femmes, vantons-nous et arrêtons de s’excuser

Continuons à parler plus fort, c’est à eux d’écouter

Je suis sur scène aujourd’hui pour toutes mes consœurs

Soyons nous, soyons bruyantes et que les cons pleurent

Soyons nous, soyons puissantes et que les cons pleurent