A cappella

Lettre à toi qui me surveilles depuis les cieux

Un peu trop soucieux

Le regard vitreux

Je me pose des questions sur nous deux

Dehors, c’est trop affreux

Même les p’tits peu

Ont joué avec le feu

Une liasse de billets verts ou bien de bleus pour panser tous nos bleus

La vie ne tient qu’à un fil

Je le réalise

Avec une corde au cou

J’espère te voir en ville

Afin que tu puisses

Venir à mon secours

Des idées noires

Dans mes cahiers

J’écrivais en plein cours

On a contré la mort

Mes rêves sont cramés

Depuis le premier jour

On donne les coups

On se serre les coudes

Depuis petit je porte mes couilles

Y’aura personne pour dire le contraire

En tout temps avec mes confrères

Je ne suis pas de ceux qui parlent

Je suis plutôt de ceux qui agissent

Souvent attiré par le mal

Blessures profondes comme les abysses

On a mis pieds où on ne devait pas

Ils disent me comprendre

Mais dans mes souliers

N’ont pas fait un pas

Dans cette jungle, je les vois comme des proies

Tout ce qu’on dit c’est vrai

Dans mes textes, y’a pas de maquillage

J’écris mon avenir à la craie

Haine et douleur se font mariage

Lettre à toi ou lettre à nous

Je fais plus la différence

Quand t’es parti, je suis devenu fou

Problème de cohérence

Le cœur froid comme à Moscou

Lors des condoléances

Depuis ton trou

Je te raconte tout

De mon adolescence